Copyright © Blerotphoto.fr

Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Accueil Le club Galeries Techniques Liens Contact

La photo de nuit

Retour

La seule matière d’une photographie, c’est la lumière. Donc la nuit, un photographe s’intéresse plus particulièrement aux éclairages urbains, aux illuminations de fêtes, aux monuments éclairés, ou à tout autre objet lumineux. Bien entendu, la principale contrainte de cette pratique photographique est le manque de lumière !

Il existe trois moyens de compenser le manque de lumière en photographie :

- Choisir une très grande ouverture de diaphragme, mais les objectifs très lumineux, ceux qui ouvrent  à F 1,4 ou F 1,8 sont couteux. Souvent, on doit se contenter d’une ouverture de F 2,8, voire f 4, mais l’inconvénient n’est pas insurmontable.

- Adopter une vitesse lente, tout en sachant qu’en deçà de 1/60ème de seconde, le risque de bouger est très important et qu’il vaut mieux s’équiper d’un trépied.

- Augmenter la sensibilité ISO, avec le risque de voir apparaître du bruit sur l’image (pixels colorés parasites dans les zones sombres).


Dans l’ordre, les réglages à effectuer sont donc les suivants : régler la sensibilité ISO sur le maximum acceptable par votre appareil (800 pour un bas de gamme, 1600 ou 3200 pour un appareil doté d’un capteur au format APS, plus pour les appareils possédant un capteur plein format (*). Mettre son appareil en mode « priorité à l’ouverture » et choisir la plus grande ouverture possible, (attention, ceci réduit la profondeur de champ). Ensuite, pendant les prises de vues, surveiller la vitesse affichée sur son écran ou dans le viseur lorsque l’on travaille sans trépied (ce qui est déconseillé dans ce genre de photo).


En règle générale il vaut mieux ne pas utiliser le flash, sauf pour des effets spéciaux expliqués dans la fiche « la photo au flash » de ce site.

Les objectifs les plus adaptés à la photo de nuit sont les objectifs standards à focale fixe (souvent plus lumineux) et les objectifs « grand angle ». Un téléobjectif ne pourra être utile que pour capter un détail, mais son utilisation n’est guère compatible avec des vitesses lentes et, excepté les très onéreux, les téléobjectifs ne possèdent pas une grande ouverture.

Observez bien les scènes à photographier, elles doivent être homogènes dans leur éclairage. Si une grande partie de la photo est dans l’ombre alors que le reste est très éclairé, le résultat risque d’être décevant. Les zones d’ombres seront trop sombres, ou les zones éclairées surexposées. Il existe une technique pour réaliser ce type de photo, nommée HDR, mais peu d’appareils photo sont dotés de ce système qui compense les différences de luminosité. Les photographes les plus expérimentés prennent plusieurs fois la même scène avec des expositions différentes (certaines plus sombres, d’autres plus claires) et les assemblent en post-traitement avec un logiciel spécialisé.


Enfin, il faut savoir que la température de couleur des éclairages artificiels est différente de celle de la lumière du jour, et induit des dominantes de couleurs que nous ne voyons pas car notre œil les corrige en continu. Il est préférable de laisser l’appareil photo gérer lui-même ce problème en laissant la balance des blancs en automatique.

(*) Voir la rubrique « les boitiers ».


Nuit Img 004.jpg Nuit Img 006.jpg Nuit Img 003.jpg Nuit Img 001.jpg Nuit Img 005.jpg Nuit Img 002.jpg Nuit Img 007 .jpg

Un clic sur la photo pour l’ouvrir